PARTIE 5 : De l’obsolescence programmée du projet THT HAUTE-DURANCE : NE PLUS PROLONGER DES LIGNES ET PASSER DU GÂCHIS A L’INTELLIGENCE

PARTIE  5 : NE PLUS PROLONGER DES LIGNES ET FAIRE UN AVENIR AU FUTUR

PASSER DU GÂCHIS A L’INTELLIGENCE

L’argent mis pour des lignes surdimensionnées serait le bienvenu pour rénover nos bâtiments et diviser nos consommation d’énergie au lieu de se ruer sur le bois énergie comme on s’est rué sur le fioul pas cher… L’injection de centaines millions d’euros dans des grands groupes industriels ne fait pas le même effet à une économie locale que s’ils sont injectés dans l’artisanat dans une logique de rénovation, au plus près des acteurs locaux. Dans le second cas l’argent reste sur place, dans le premier il ne fait que passer.

S’entêter est le lieu commun de nos élites, l’aveuglement le lieu commun de nos concitoyens à qui on montre le chiffon rouge de l’emploi contre l’environnement, alors que la contrainte de l’environnement et du climat nous oblige à être intelligents et d’arrêter de “bourinner”, de vivre d’une seule industrie (le ski), et de réinventer notre modèle économique. Certains ont décidé de résister en prenant le combat de la THT  comme symbole du système à stopper. Un système qui prolonge les lignes sans rien prévoir. Ce projet est une occasion manquée de repenser nos vallées pendant que la catastrophe climatique arrive…

FRICHES TOURISTIQUES

Si nous continuons à être dans le déni de la réalité, notre région risque de devenir une friche touristique. La fin de la neige arrive très rapidement pour les basses stations et rapidement pour les autres. Dans 10 ans, une année sur deux sera sans neige, voir plus. Les canons à neige ressemblent à la ligne Maginot. Nous devons accepter que la catastrophe arrive, ceci n’est pas une crise, c’est une mutation inéluctable. Nous devons réfléchir, discuter et repenser notre vallée. Le tourisme chic est une impasse, gourmand en investissements. Le ski ne sera plus rentable si les classes moyennes ne peuvent plus venir. Dans ce cas une boucle infernale de rétroaction peut faire passer le forfait 80 euros: (moins de monde donc plus cher, plus cher donc moins de monde).

A coté du tourisme luxueux, nous devons proposer un tourisme peu coûteux en ayant des hébergements économes. 80 % de la dépense énergétique d’un séjour en montagne vient de son mode de transport. L’hiver, le touriste ne bouge pas de sa station, l’été il est mobile. Face à ces constats nous devons inventer un nouveau tourisme, de nouvelles activités notamment énergétiques, culturelles et agricoles…

Face à ces bouleversements, énormes, traumatisants, nous pouvons tracer des lignes comme nos médiocres élites. Nous pouvons aussi, comme elles, être dans le déni

ou dans la recherche de coupable : les écolos, les étrangers.

Nous pouvons aussi échanger, inventer, être volontaire pour nous réapproprier notre devenir. La volonté peut être plus forte que la discorde…

Nous devons réclamer HAUT ET FORT la justice climatique pour nos territoires. 

Nous souffrons déjà et nous allons souffrir du changement du climat, nous revendiquons une compensation juste afin de  pouvoir reconvertir notre territoire.

Nous pouvons déjà réclamer la Dotation de solidarité aux collectivités touchées par des événements climatiques (art. 160 de la loi de finances 2016). Le manque de neige est certes moins spectaculaire et meurtrier qu’une tempête mais c’est incontestablement légitime de demander cette dotation.

Nous proposons qu’une taxe d’un centime soit instituée sur toute consommation d’un litre de pétrole et reversée à un fond de reconversion de la montagne, selon le principe de pollueur=payeur. Ce fond financerait pour 250 millions d’euros par an la refonte globale de nos vallées alpines et pyrénéennes pour s’adapter au changement de notre climat.
Vu que nous ne pouvons pas désirer ce que nous ne connaissons pas, voyons un peu ce que nous pourrions réaliser dans notre vallée à la place de prolonger des lignes.

Nous pourrions couvrir de panneaux photovoltaïques ce département qui a le record de production annuelle des panneaux PV. En utilisant les toitures sans découper nos toits comme le veut la stupide loi de l’intégration. Nous pourrions produire du courant la journée en autoconsommation et en stocker pour la nuit.

Ces panneaux pourraient être hybrides et produire aussi de l’eau ou de l’air chaud selon les cas.

La vallée Haute-Durance  serait déclarée  zones d’expérimentation des micro-réseaux intelligents.

Cela a déjà commencé très localement :

http://docplayer.fr/7814270-Alimentation-electrique-de-la-vallee-etroite-par-une-solution-mgrid-autonome-commune-de-nevache.html

Dans ce cas l’installation de micro-réseaux est moins chère que de tirer une ligne.

Nous pourrions avoir une décentralisation d’ERDF à un niveau départemental pour avoir une structure au service de la région et non de la nucléocratie. Il est frappant de voir que tout les territoires en régie autonome de distribution électrique sont ceux où la transition énergétique n’est pas que de la communication.

NOUS SOUHAITONS REPRENDRE EN MAIN NOTRE DESTIN ÉNERGÉTIQUE, VOILA CE QUE DISE LES OPPOSANTS – LES INFANTILES C’EST QUI ?

Les toits producteurs seraient mutualisés par village et un centre de stockage par canton permettrait de répondre en grande partie aux besoins nocturnes. La priorité serait donnée au stockage par STEP (Pompage de l’eau et turbinage) moins générateur de pollution que les batteries, et beaucoup plus durable. Les consommateurs serait incités à consommer au bon moment et à réduire leur appels de courant. De nombreux travaux seraient fait sur l’eau chaude avec le développement des panneaux hybrides, le thermodynamique, la récupération de la chaleur des eaux usées.

La rénovation des stations, la pose sur les 20 000 toits de la HD de 2 KW en moyenne (parfois beaucoup plus parfois moins) permettrait déjà de faire 40 MW crétes (80 Millions d’€), cela irriguerait l’économie qui développerait un savoir faire local et exportable sur cet assemblage : micro-réseaux intelligents  – hydro-solaire – économies d’énergie. Et fin du chauffage électrique direct. Dans ce cas pas besoin de lignes énormes.

Ainsi le 05 deviendrait le premier lieu d’équilibre entre la production et la consommation, ceci permettrait de développer en local une expertise, un savoir faire sur le solaire PV, thermique, hybrides, les micro-step (stockage par eau), les réseaux intelligents, la régulation du chauffage électrique, sa conversion à d’autres modes économiques: pompe à chaleur, récupération sur air extrait, sur eaux usées. Les réseaux de chaleur bois seraient alimentés en solaire hybrides(PV+ thermiques) avec un stockage saisonnier, le bois restant l’appoint, ils seraient étendus et les poêles à bois strictement contrôlés. Cela permettrait de faire du 05 un lieu de savoir faire et un grand chantier bien plus pérenne que de couper des arbres pour couler du ciment à quelques pylônes….

La rénovation du transport collectif est essentielle: notre vallée est une ligne droite, c’est simple à collectiviser…

Ceci n’est pas de la sciences fiction, c’est techniquement faisable, la décision est purement politique. Économiquement c’est faire rester sur le territoire de l’argent qui part (pour payer les centrales nucléaires).

J’entends déjà le rire narquois du “avec quel argent”. 1.4 milliards est brulé en pure perte à Gardanne au nom de l’écologie en brulant du bois pour fabriquer de l’électricité avec un rendement net  minable de 18 %… La CSPE et une indemnité du plan d’adaptation aux changements climatiques.

http://www.actu-environnement.com/ae/news/climat-prochain-plan-adaptation-integrer-davantage-acteurs-territoriaux-25919.php4

Nous pourrions revendiquer aussi une taxe sur l’eau de la Durance afin de financer la reconversion de l’agriculture locale en agriculture durable et non polluante pour l’eau. Le prix de cet taxe permettrait d’éviter la pollution de l’eau en finançant une agriculture propre, c’est à dire éviter de payer cher des usines de dépollution (payer les paysans au lieu de payer les multinationales de l’eau). Si nous développons une agriculture de qualité de petits paysans transformant des magnifiques produits nous pouvons facilement installer sur les 30 cantons du 05 deux dizaines de paysans par cantons : ils produiraient des produits de forte valeur ajouté sur des petits territoires : plantes médicinales, maraîchage,  fruitiers de qualité, élevage haut de gamme… Ces paysans ne peuvent vivre dignement que si on leur reconnait la spécificité de la montagne et leur assure un revenu correct et décent.

Si nous pouvions venir ici en train confortables, se déplacer avec ses bagages sans passer par une myriade de bus utilisé par la population locale. Si nous pouvions louer simplement des voitures l’été.

Si une voie verte cyclable était créée le long de la Durance et du lac, pour faire de Briançon à Sisteron et de Sisteron à Veynes puis Gap et Chorges, nous aurions un outil de tourisme vert : il faut aller à Orléans voir passer les 3000 personnes par jour qui suivent la Loire pour comprendre qu’une voie verte cyclable et dégagée de tout contacts avec les voitures est un lieu de promenade des touristes, utilisée par les locaux pour leur balades et même leurs déplacements. Cette voie pourrait servir de gaine technique aux lignes haute tension non surdimensionnées qui permettront de faire circuler le courant entre notre vallée et les autres régions.

Si les lits froids étaient taxés et les bâtiments retapés et économiques, notre vallée échapperait bien plus sûrement à l’agonie économique que si la solution actuelle est maintenue malgré les évidences. Aujourd’hui, la solution est de persister sur un modèle obsolète des 30 glorieuses basé sur l’agrandissement, la spéculation et la course contre le climat, rafistolé et maintenu malgré les évidences. Les ringards ne sont pas ceux qui s’opposent à la démesure de la ligne THT. Personnellement, ce n’est pas la ligne THT que je remets en question mais sa démesure et le gaspillage récurrent d’un modèle qui s’enferment dans de vieux schémas.

Ceux qui s’opposent ne sont pas ceux qui souhaitent faire une “réserve d’indiens”, mais ceux qui prônent un modèle intenable et en feront une friche touristique.

Derrière ce projet est le manque de vision d’avenir de nos élites retranchés dans leur pré carré et leurs fromages, hostiles à tout changements et remises en questions, ces même qui critiquent la populace et ses réflexes de bouc-émissaires…

Tout changement fait des perdants et des gagnants, ne rien changer ne fera que des perdants. Nous devons passer du gâchis à l’intelligence ou se replier chacun dans sa bulle de croyance en accusant une catégorie d’être la source de ses malheurs:

La crise économique est la faute à qui, à la finance dérégulée ou aux écolo-babas ? Soyons sérieux, il vaut mieux reprendre son destin en main que jouer des coudes pour quémander des miettes… Un dialogue honnête n’est-il plus possible, chacun dans sa tranchée ?

Face aux défis de la fin de la neige, on peut soit continuer sur un modèle non tenable qui ruine la population locale (voir schéma ici) soit s’appuyer sur les douloureuses contraintes pour construire une vallée nouvelle comme on l’avait fait dans les années 60. Nous n’avons pas toutes les solutions, mais le souci n’est pas tant les solutions que le manque de volonté et un système bloqué…

L’air pur, le soleil et le froid, cette sensation perdue, attirera le touriste, qui par temps chanceux reverra parfois la neige, cette chose rare…. Il viendrait profiter de cette vallée habitée par des gens modestes mais heureux… Fuir la chaleur suffocante des villes ne sera pas un mince argument…..

Ainsi notre vallée restera un lieu d’évasion et de beauté dans un monde qui risque d’en avoir grandement besoin….

JOSE PLUKI

Bien triste époque où les fous gouvernent les aveugles…..

William S.

Sources bibliographiques:

RTE Bilan 2014 -France-

RTE BIlan 2014 PACA
L’europe en électricité ENTSOE 2014
The battle of Grids

Rapport meteo france: Scénarios Climatiques Adaptés aux zones de Montagne : Phénomènes extrêmes, Enneigement et Incertitudes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.