La maison individuelle fille de l’auto est une arme de destruction massive des terres agricoles et du climat

Le rêve de tout français moyen est devenu un cauchemar pour ses enfants. Car même avec ses nouveaux habits BBC, passive verte, écolo, la maison individuelle est un cauchemar écologique. Remplacer le polystyrène par du chanvre est une bonne idée pour ceux qui habitent dedans mais cela change rien aux problèmes de la maison individuelle, elle bouffe trop d’espace et de pétrole.

Tout d’abord regardons la généalogie de cet envahisseur (là ou la maison individuelle passe l’agriculture trépasse ), la maison individuelle est fille de l’auto, car il est impossible d’imaginer des lotissements sans l’automobile la faible densité de l’espace rend les transports collectifs impossibles.

Si l’on regarde ce qui c’est passé de 2006 à 2014, le constat est sans appel. Pourtant, pendant cette période tous les constructeurs de maisons se sont plaint de la faiblesse du marché de la maison c’est pas moins de 491 000 hectares artificialisés, soit pour une France qui compte 54 700 000 hectares environ 1 hectares sur 100 en 8 ans. 

Sur ce déluge de béton, la moitié est due directement à la maison individuelle contre 3 % pour le collectif qui loge autant de monde que les maisons. Sur ces 500 000 hectares perdus pour la nature ou l’agriculture, plus de 80 000 hectares ont été détruits par les routes nouvelles qui servent aux déplacements entre ces maisons plutôt construites en campagne et la ville (ou bosse les les habitants de lotissements). Si on rajoute les surfaces bétonnées pour les zones commerciales elles même fille de son père l’auto et de sa mère la maison individuelle, nous pouvons affirmer que les trois quart de cette coulée de béton est due au choix de la maison individuelle. Insidieux, très peu contesté même dans les milieux très radicaux, l’automobile et la maison individuelle continu ses ravages sans contestation. Les méga-projets souvent absurdes sont eux critiqués, ils sont plus visibles et focalisant , mais en terme de dévastation, ils sont presque marginaux face à la marée de rond-points, de boites à chaussures commerciales et de maison en parpaings. Souvent ces megaprojets sont des conséquence de l’enlotissements de région entière.

Par exemple, le projet de l’A45 de doubler l’autoroute existante entre Saint Etienne et Lyon est le fruit d’une urbanisation autour de saint Étienne en lotissement. Les emplois sont sur Lyon, qui est chère en immobilier, alors que Saint Étienne est peu élevée. Les Monts du Lyonnais et les alentours de Saint Étienne se sont couverts de lotissements, saturant l’autoroute existante. A force de bouchonner l’homo travaillus lointus fait pression sur le politique pour qu’une solution soit trouvée pour pouvoir bouchonner pas toujours aux mêmes endroits, un peu plus loin par exemple dans un échangeur pas trop loin de l’arrivée. Les mêmes parfois, râlent et protestent quand le tracé passe trop près de chez eux. Le lobby du bétonnage et du droit de passage se frottent les mains. La maison individuelle consomme un espace phénoménal, sur 1 hectare nous pouvons loger 10 familles en maisons individuelles avec 1/3 de cet hectare goudronnées pour la voiture et  1/3 occupées par la maison, reste 1/3 en gazon, 

qui est à la biodiversité ce que l’Arabie Saoudite à l’Islam, une caricature mortelle. Un immeuble de 4 étages soit 5 niveaux prend 3% de cette surface pour la construction et laisse 90 % de la surface pour l’agriculture. Le constat en énergie est le même, une maison individuelle nécessite en moyenne 50 000 équivalent litres de fioul à sa construction et 50 000 pour son chauffage si elle est ides année 2000 les anciennes c’est le double ( cela représente son électricité  et son eau chaude durant les 60 ans de sa vie) . A cela il faut rajouter toutes les infrastructures qu’il faut tirer, réseau d’eau, réseau d’égout, réseau télécom, réseau électrique mais surtout réseau routier. Nous pouvons à la louche estimer qu’il faut encore 50 000 litres à 100 000 litres de fioul pour construire ces infrastructures. En gros une maison c’est 200 000 litres de fioul, une maison écolo c’est 150 000 litres. Un appartement c’est 15 000 litres à sa construction et pas isolée 50 000 litres et si c’est  bien isolée 10 000. Pour les infrastructures c’est 5 à 10 000 litres de fioul.

En résumé pour sa construction, son fonctionnement en 60 ans ,un appartement écolo c’est 30 000 litres et une maison écolo  150 000 litres. La comparaison est encore mieux entre un appartements pas du tout écolo 70 000 litres et une maison écolo : 150 000 litres. 

Mais soyons encore plus cruelle, parlons de la pollution des déplacements. Le temps de transport a doublé chez le français moyen passant de 14 à 28 km par jour, merci maison !

Si  on prend une maison située à 15 km de son lieu de travail, transport effectuée en voiture que l’on compare à un habitant de la ville prenant le transport en commun vous rajoutez 00 000 litres de fioul pour la maison et 5000 litres pour l’appartement (en tenant compte des infrastructures a mettre en place  sur 60 ans). En résumé, la maison écolo est à 250 000 litres et l’appartement à  35 000 litres.

Une fois démontré tout cela, il faut affirmer, que je comprends bien évidement l’envie de maisons et de lotissements.

Les villes sont devenus irrespirables et invivables à cause de la voiture et tant que leur bannissement ne sera pas imposé, l’envie de maison individuel existera. La voiture est non seulement une arme de destruction massive du climat mais aussi de la ville. Tant que nos enfants auront infiniment moins de place dans la ville que la voiture, rien ne sera possible, qu’elle soit électrique ou pas! 

Ce serial killer jamais dénoncé (il tue plus que les guerres chaque année), a tué les villes, et maintenant il ravage les campagnes.

L’objectif n’est pas de culpabilisée les habitants de maisons individuelles mais de dénoncer la chimère de la maison écolo dont son féru de nombreux militants écologiques.  On doit prendre conscience d’une ressource de plus non illimitée, l’espace.

La voiture électrique qui est un mieux pour le climat, n’est pas une solution a ces problèmes.

Quand une autre aspect peu évoqué est la destruction de la santé des gens par l’automobile: ne faisant plus d’effort, l’amputation de la fonction marche, fait qu’un américain de banlieue fait en moyenne moins de 1000 pas par jours, bien en deçà des 5000 pas minium pour conserver sa musculature. Combiné à une nourriture désastreuse, anémié et protéinique et plein de pesticides, un américain sur deux va mourir d’un cancer.  La fin de la fonction marche est avéré dans les banlieue et dans les zones, rurales. Paradoxalement ceux qui marche le plus sont les urbains, en France, c’est le parisien qui marche le plus ! Cette amputation détruisant l’appareil musculaire, rend les gens encore plus réticent au efforts musculaire. Heureusement nombre d’entre eux prennent la voiture pour aller courir , marcher, se promener dans un espace naturel afin de retrouver un équilibre. Et si les 18 millions de joggeur, courait pour aller au travail ????

La lutte anti voiture partira des villes, qui excédé commence la longue lutte d’expulsion de la voiture de la ville.

Si beaucoup sont contre la destruction des sols, ne soyons pas uniquement contre les conséquences, dénonçons aussi les vraies causes, la voiture et la maison individuel ! 

  

Laisser un commentaire